Fours

Le four à pain est une construction voûtée en briques et argile crue qui permet d’obtenir une excellente inertie thermique et une répartition homogène de la chaleur

Pour la sole et la voûte, nous avons utilisé des briques réfractaires. Le dôme est recouvert de terre argileuse (tirée directement de notre terrain), de vermiculite sur 15 cm d’épaisseur et de sable. La plupart des fours existants sont dans des pièces. Celui-ci étant à l’extérieur, nous avons décidé de renforcer l’isolation avec des briques creuses pour les murs et sous la sole. Plus d’une tonne de matériaux ont été utilisés !

Après une petite heure de chauffe avec une dizaine de bûchettes, nous pouvons cuire des pizzas, tartes ou quiches à four ouvert pendant une heure en présence des braises à la périphérie (250°), celles-ci sont ensuite retirées pour cuire le pain pendant une heure (200°). Stérilisation possible de certaines conserves quelques temps après (100°). Le lendemain matin de la chauffe (en été), nous avons noté 70° !

Nous mesurons les températures avec un thermomètre adapté mais les seuils sont observables sans instruments sophistiqués (blanchiment de la voûte, test de la farine, gouttes d’eau qui roulent avant de s’évaporer ou qui disparaissent immédiatement). L’observation de la couleur de la fumée qui s’échappe du conduit donne également une indication sur la température du four !

 

Le four solaire est une construction intermédiaire entre la marmite norvégienne et le cuiseur solaire.   [La marmite norvégienne est une boîte très bien isolée où l’on dépose un récipient de cuisson chaud, d’une bonne inertie thermique. La cuisson a déjà commencé sur un autre support tel qu’une gazinière ; l’ébullition s’il y a ébullition est à peine commencée. Dans cette marmite norvégienne, il n’y a pas d’apport d’énergie : c’est l’énergie apportée au départ (qui ne pourra pas sortir de la boîte) qui finira la cuisson.]

Le four solaire a les mêmes caractéristiques que la marmite norvégienne plus la capacité de recevoir le rayonnement solaire qui va entrer dans la boîte et s’ajouter à l’énergie déjà présente (ajout de l’effet de serre). La cuisson sera douce et les aliments garderont toute leur saveur.

Le cuiseur solaire est un miroir parabolique qui renvoie de façon concentrée les rayons du soleil sur une marmite noire en métal lourd (souvent en fonte). Les températures obtenues sont semblables à celles d’une gazinière. Le point faible de ce cuiseur est sa sensibilité au vent : d’une part, il a une forte prise au vent et est donc susceptible d’être déplacé en cas de forte brise, d’autre part, le vent va refroidir la marmite.

Une construction intermédiaire a été réalisée, joignant les qualités du four solaire à celles du cuiseur solaire.



Nos Partenaires